Quand

15.06.2017 | 20H

la lumière collective
7080-506, rue Alexandra
Montréal [QC]

Média

HD
En présence des artistes.

Billets

7$ à la porte.

Présenté par

PROGRAMME

Présentation de deux vidéomusiques et de deux perfomances audiovisuelles.

Présentation de 500hz, 246hz, 245hz, 500hz∅ – étude 03, Persona Mercure
500hz, 246hz, 245hz, 500hz∅ 2016-2017 est une installation qui expose un échange sonore entre deux haut-parleurs positionnés face à face et connectés à deux lecteurs audio indépendants. Les hauts parleurs émettent un duo d’ondes sinusoïdales. Dû à un rapprochement physique des deux sources sonores, à leurs unités de fréquence et à la modulation appliquée sur leur amplitude respective, une transformation des ondes initiales est observée.
500hz, 246hz, 245hz, 500hz∅ – étude 03 est une pièce audio de 15 minutes créée uniquement à partir des éléments sonores de l’installation 500hz, 246hz, 245hz, 500hz∅ 2016-2017. La pièce utilise comme point de départ les quatre même ondes sinusoïdales. Pour cet évènement, elle sera accompagnée d’une projection qui comporte, entre autres, une représentation graphique des changements graduels et subtils du son.
///
Myriam Boucher
www.myriamboucher.com
Vagues, Vidéomusique, 15’07 »
J’ai besoin de la mer car elle est ma leçon :
je ne sais si elle m’enseigne la musique ou la conscience :
je ne sais si elle est vague seule ou être profond
ou seulement voix rauque ou bien encore conjecture
éblouissante de navires et de poissons.
Le fait est que même endormi
par tel ou tel art magnétique je circule
dans l’université des vagues.
– La mer, Pablo Neruda
///
Myriam Bleau
www.myriambleau.com
Standing Still est un nouveau projet de performance qui s’inscrit dans la continuité de la démarche de l’artiste autour du turntablism abstrait. Elle utilise des disques vinyles modifiés, gravés ou mutilés à la CNC pour créer musique et patrons lumineux cinétiques. Résolument lo-fi, cru et laissant place à l’improvisation, le projet témoigne d’une perspective plus sombre par rapport à l’innovation technologique et au positivisme corporatif.
///
Performance audiovisuelle en collaboration avec Sonya Stefan
www.sonyastefan.com
Structures impossibles est un projet développé sous la forme d’une critique audiovisuelle. Plus précisément, il s’agit d’une prise de conscience face à notre consommation de biens électriques et électroniques ainsi qu’à notre difficulté grandissante à les récupérer. La critique cible également les matériaux utilisés dans la fabrication de ces différentes technologies.
La commercialisation de l’ordinateur, la loi de Moore, le consumérisme et l’accessibilité aux nouvelles technologies accélèrent l’obsolescence et accroient notre dépendance aux semi-conducteurs. Les géopolitiques internationales en place dans l’ère de l’anthropocène sont remises en question par la présence de dépotoirs électroniques et de sites d’extraction de matières premières dans les régions du sud où des populations vives avec de très faibles revenus. L’impact environnemental et social est inversement proportionnel à la miniaturisation des semi-conducteurs.
L’esthétique sonore de Structures impossibles est la juxtaposition de circuits analogiques et digitaux créant un paysage dense et entrelacé de textures sporadiques représentant l’accélération des avancements technologiques. L’utilisation du synthétiseur modulaire, de l’ordinateur et de captations soniques de champs électromagnétiques propose un compte rendu de l’impact du transhomme sur notre vaisseau spatial ‘’Terre’’.
///
Sonya Stefan est une artiste multimédia qui crée un travail interdisciplinaire en utilisant la glitchery électronique en temps réel, des caméras vidéo High8 et du film 16mm. Elle s’intéresse à la détérioration en utilisant des matériaux endommagés de toutes sortes, de tables de montage vidéo brisées, à de la pellicule endommagée trouvée, jusqu’aux écrans de télévision défectueux et elle transforme ces matériaux en nouvelles œuvres multimédias contemporaines